Le nouveau plan de sécurité.

 

Découvrez notre communiqué de Presse du Jeudi 10 Août 2017, en réponse aux interdictions formulées à l’encontre du festival Music Wood, du 25 au 27 Août à la Plage d’Osselle.

 

1. Un débat médiatique :

 

Dans un premier lieu, la commune de Osselle-Routelle et la CAGB, nouvellement propriétaire, ont annoncé publiquement qu’ils s’opposaient à la tenue du festival Music Wood.

 

Mais qu’est-ce que ce festival ?

En quelques mots : une remorque d’agriculteur comme scène, un concours d’artistes locaux, 30 à 150 personnes fans des groupes ou d’artistes émergents, le tout pendant 3 jours, à profiter du camping et de la baignade sur une zone privatisée de la base de loisirs. 

 

En regardant les raisons soulignées, la sécurité apparait. Mais problème : le Plagiste effectue le même type d’activités depuis des années, sans soucis, c’est d’ailleurs pourquoi il s’est engagé sur une convention avec nous.

 

2. Un contre-exemple incompréhensible :

 

La Plage d’Osselle propose par exemple, un concert organisé par une personne ou une entité telle que la nôtre, 100% gratuit et donc susceptible d’amener beaucoup plus de monde que notre festival :

 

 

Un restaurant au bord d’un lac qui organise des concerts gratuits, l’idée est excellente et a lieu chaque année sur cette plage. Le gérant disposant d’un bail commercial pour les activités de type “loisirs, camping et baignade”, aucun souci.

Mais alors que ce concert aura demandé quelques jours d’organisation, le festival Music Wood lui a entamé des démarches culturelles plus approfondies : 8 mois de travail ont été nécessaires pour développer un concept de concours en ligne, afin de définir une programmation régionale qualitative.

C’est plusieurs petits concerts du même genre, sur 3 jours.

En terme de fréquentation, l’événement privé du festival Music Wood, sur billetterie à l’entrée de 15 à 44,90 €, attire un public de niche : fans des groupes ou amateurs de musique actuelle. C’est à dire beaucoup moins de monde qu’un concert gratuit.

 

3. Des conseils du Ministère de la Culture et de la Communication. 

 

Nous avons entrepris des démarches pour obtenir des conseils auprès du ministère de la Culture, afin de prendre la bonne décision quant aux suites à donner sur la tenue de l’événement, qui comme nous l’avons précédemment expliqué dans le communiqué du 31 Juillet 2017, est parfaitement en règle.

 

 

Des experts de la sûretés et la sécurité, de la Musique et des Concerts et de la Communications nous ont renseigné. Outre le bons conseils sur le suivi des artistes et les démarches à réaliser pour perfectionner nos futurs projets, voici la conclusion principale pour valider l’événement.

Il apparait qu’une faille de sécurité existe au niveau du point d’eau. Il convient de formuler un nouveau “plan de sécurité financé”, c’est à dire qui ne coûte rien à la commune, incluant des barrières le long de la plage, à 3 mètres de l’eau, en dehors des horaires de baignade surveillée, afin de couper l’accès à l’eau aux festivaliers. A cela s’ajoute 3 à 5 bénévoles en permanence afin de surveiller que ces barrières ne soit pas déplacées durant la nuit. Egalement un bénévole aux parking vérifiant que personne en état d’ébriété ne sorte de la zone en direction du canal. Enfin, d’autres chargés de la fouilles des sacs à main, tentes et sacs à dos aux entrées (beaucoup de ces points étaient déjà prévus, nous avons par exemple des dizaines de panneaux de préventions et avions prévus des banderoles à la place des barrières et des surveillants…).

Comme des employés communaux nous le re-confirment, la Mairie n’est pas sollicitée, l’événement étant privé, sur une base de loisirs, notre seul devoir était de les prévenir par e-mail, ce qui a été fait depuis Janvier.

L’arrêté municipal empêchant tout camping sauvage ou bivouac vient consolider ce plan. Une fois présenté en Mairie “notre festival devrait avoir lieu”. 

 

 

Afin de trouver ces barrières, les spécialistes nous conseillent de solliciter une entreprise de location, le Conseil Départemental, la Conseil Régional ou encore la CAGB.

 

4. Le soutient de la commune de Saint Vit. 

 

Après plusieurs jours de recherches, Mr. le Maire de Saint Vit a répondu positivement à notre requête et s’engage officiellement ce jour à fournir et livrer gratuitement, du 24 au 28 Août 2017 :

  • 25 à 35 barrières de ville de 3 mètres.
  • et 40 à 50 barrières de chantier de 1.5 mètres.

 

 

Soit 180 mètres de barrières, afin de fermer l’accès aux zones d’eau durant la nuit et ainsi régler la faille de sécurité soulevée par Mr. le Maire d’Osselle-Routelle et la CAGB ! Un geste remarquable qui fera l’objet de places offertes en partenariat.

 

5. Un dialogue interrompu : 

 

A ce jour, malgré deux propositions de Rdv afin de présenter notre nouveau plan de sécurité à la commune concernée, les appels sont raccrochés de la part de Mr. Dagon-Lartot et son frère, adjoint du Maire, Mr. Lartot.

Ce rendez-vous est important car il permet de présenter nos solutions et les questionner sur d’autres problématiques qu’ils pourraient vouloir soulever, comme les horaires.

 

De notre côté, nous avons mis tout en oeuvre pour répondre favorablement à la Mairie et la CAGB, le gérant nous confirme que sans la problématique qu’ils apportent, l’événement peut tout à fait avoir lieu.

Du côté des artistes, chacun se prépare pour son spectacle et espère avoir le feu vert rapidement.

En cas d’absence d’un groupe, nous avons d’excellents artistes en suppléments. Nous souhaitons aussi passer des musiques d’artistes qui n’auront pas pu être présent à la première date.

 

Nous aimerions avoir la confirmation que notre mission professionnelle a été effectuée avec succès, afin de finaliser l’organisation de cet événement qui est prévu cette fois dans 15 jours et demande quelques finitions en terme de planning et d’organisation.

 

Nous restons à la disposition de chacun pour répondre aux questions ou apporter des compléments d’informations.

 

Crédits photos : © Splatsh et © Page facebook Paillotte Osselle