Festival Détonation surprend et excite nos sens

Du jeudi 29 Septembre au samedi 1er Octobre, aura lieu pour la 5ème année à la Rodia, salle de concerts à Besançon, le festival Détonation, dont voici la recette : des groupes internationaux connus ou émergents, du Mapping, une charte graphique innovante, des animations en salle et en plein air, avec des associations locales, dans un cadre urbain exceptionnel, sous La Citadelle, au bords du Doubs et face aux friches industrielles vintages.

 

L’endroit était particulièrement bien choisi pour installer ce complexe de salles de concerts sur plusieurs étages, bars et terrasses sur pilotis, il l’est d’autant plus pour accueillir un festival et des effets spéciaux, en intérieur et en extérieur !

 

Le concept : vous êtes « spect-acteur« , tout commencera à votre arrivée avec le traditionnel masque aux couleurs du festival, en faisant vivre une véritable expérience sensorielle, où vous pourrez toucher, regarder, vous émerveiller  et surtout créer !

 

3 jours pour vous divertir, une aprèm ou un seul soir, il y en a pour tous les goûts ! 8000 personnes sont attendues, devant 40 artistes présents sur 4 scènes.

 

Mapping & effets spéciaux :

 

  • Nushy Soup proposera du mapping géant et des tapis sensoriels qui allument des projecteurs et créent des dessins lumineux, sur différents endroits du site.

 

  • Sport Light vous initiera au light painting, l’art de créer des effets lumineux sur les photos.

 

  • 36 15 Senor et Supersenor vont créer des effets sur les masques vierges, traditionnellement remis au public, qui animeront et transformeront vos têtes.

Animations le samedi après-midi : 

 

De nombreuses animations gratuites vous attendent pendant le festival : bourse aux disques, conférence sur David Bowid, sérigraphie, construction d’un instrument de musique, initiations à la MAO (musique assistée par ordinateur), roller derbie, jeux géants, tournoi de pétante et carane du Vladkistan, tous les détails ici.

 

 

 

Côté groupe de musique, c’est l’occasion de voir plusieurs concerts, de bons groupes, en peu de temps et pour le prix d’une seule entrée. C’est le concept d’un festival !

 

Jeudi 29 Septembre : 

 

 

  • Sono Gringo, 19h30 : espace Vladkistan.

 

Un dancefloor voyageur mis au point par ces bisontins, distille des sonorités venues d’ailleurs, entre techno, trap, hip-hop, cumbia, baile funk (type de musique électronique qui à pour origine les favelas de Rio de Janeiro et dérivé du Miami Bass), kuduro et tellement d’autres.

 

 

 

  • Wicked Steppa, 19h30 : scène la Friche.

 

Le groupe de jeunes pontissaliens débarquent à la Rodia pour une session Roots and Dub, habituellement proposée lors de leur soirée Wicked Party, pour explorer en largeur des décennies de reggae.

 

 

  • Take A Mic, 20h : scène Etincelle.

 

Rappeur originaire d’Orly (94), plusieurs projets à son actif !

 

 

 

  • MHD, 20h55 : scène de la Citadelle.

Précurseur de l’afro-trap aux sonorités africaines, une musique métissée pour un concert hype pour se déhancher.

 

 

  • Ondubground, 21h20 : scène La Friche.

 

Des notes électroniques marquées d’un live énergique, pour une free party au côté oriental.

 

 

  • Melt Yourself Down, 21h55 : scène Etincelle.

 

Le groupe londonien aux musiciens les plus respectés dans leur domaine, nous enlève tout repère, dans un style post-punk, jazz, afro et de sonorités nord-africaines.

 

 

  • Sand Hight Patrol, 22h45 : scène la Friche.

 

Un style au mélange de dub step, hip-hop, reggae, trip-hop, new wave et une touche de Jazz, auto-proclamé Dubadub.

 

 

 

  • La Yegros, 22h50 : scène Citadelle.

 

La Diva ou la Reine Argentine apportera la chaleur tropicale de Buenos Aires, dans un charisme scénique saisissant.

 

 

  • Batuk, 23h50 : scène Etincelle.

 

Le Dancefloor se laisse envahir par le rythme frénétique de ce groupe qui parvient à conjuguer la musique traditionnelle sud-africaine et l’ambiance teck-house, pimpés de beats hip-hop abrasifs.

 

 

 

  • Panda Dub meets Tetra Hydro K, 00h20 : La Friche.

 

La dub du producteur lyonnais saura une nouvelle fois défouler les foules à la Rodia, par ses beats percutants accompagnés de mélodies fraîches venues d’ailleurs.

 

 

  • Madjinn, 1h30 : scène la Friche.

 

Les mix de ce lédonien (habitant de Lons-le-Saunier) s’orientent vers le darkstep et la techstep, une drum’n’bass aux sonorités plus sombres et industrielles, avec toujours la même fougue, en écoute ici.

 

 

Vendredi 30 Septembre : 

 

 

 

  • Jeff The Fool, 19h30 : scène la Friche.

 

Une dégringolade tech-house incendiaire, féroce et fraisée, issue du collectif Thé Chaud.

 

 

  • Of Puma, 19h30 : espace Vladkistan.

 

Un murmure folk, une contrainte, comme les vents du désert qui transportent avec eux le témoignage de temps révolus.

 

  • General Elektriks, 20h30 : scène Citadelle.

 

Un son electro-funk aux mélodies pop adoucissantes, parsemés de solos claviers bondissants.

 

 

 

  • Jacques, 21h00 : scène la Friche.

 

Il traque une techno transversale et déconstruite à partir d’objets loufoques pour un live excentriquement azimuté.

 

 

  • Graham Candy, 21h30 : scène Etincelle.

 

La nouvelle pépite pop du moment envoie une mélodie folk et addictives, au parfum trip hop électronique et sa voix androgyne, pour une ambiance hypnotique et euphorisante.

 

 

  • Vlad, 21h30 : espace Vladkistan.

 

Un projet tout terrain, entre rock, rap et chanson.

 

 

  • Inclose, 22h15 : scène la Friche.

 

Issus du collectif Thé Chaud, le jeune bisontin enchaine des rythmes dévergondés et phases mélodiques, dans une atmosphère garage, dance, nu-disco et funky, qui apportent un souffle nouveau à la scène électronique.

 

 

  • Faada Freddy, 22h20 : scène Citadelle.

 

Il n’utilise absolument aucun instrument et fait de la musique uniquement avec des voix et des percussions corporelles, pour réaliser des hymnes pop aux mélodies accrocheuses.

 

 

  • Ulysse + 31, 23h20, espace Vladkistan.

 

Un mix résolument house/électro au millimètre, remarqué sur la région, dans le collectif We Dans Alone, en écoute ici.

 

  • Bigger, 23h20 : scène Etincelle.

 

Entre noirceur et arc en ciel, le chanteur de Cat Fish et de Monsieur Pink font vibrer avec un seul titre, en écoute ici.

 

  • Feynman, 23h30 : scène la Friche.

 

Une série de mélodies harmonieuses et résolument house, envoyée par ce producteur parisien.

 

 

  • Odezenne, 00h10 : scène Citadelle.

 

Une torpille inclassable qui nous prend à contre sens, dans une lenteur toute sensuelle. Vous comprendrez vite pourquoi il passe après minuit !

 

 

  • Thylacine, 00h45 : scène la Friche.

 

Une électronica rêveuse, à la fois sincère et étrangère, qui nous envoie tout droit dans les steppes désertiques à perte de vue. L’ode au voyage d’un album enregistré dans le Transsibérien.

 

 

  • Louisahhh b2b Maelstrom, 2h : scène la Friche.

 

Les deux inséparables feront vibrer la friche d’une techno obscure et tapageuse aux teintes acides.

 

 

Samedi 1er Octobre :

 

 

  • Marc Minelli, l’après-midi à La Rodia.

 

Un répertoire voix et guitare pour rendre hommage au chanteur David Bowie, entrecoupé d’anecdotes, en toute simplicité. Le chanteur incarnait pour lui : « l’image parfaite du rock en tant qu’art, dans toute sa splendeur et ses clichés. »

 

 

  • Lilea Narrative dj set, 18h30 : la Friche.

 

Membre fondateur du groupe Cotton Clow, il diffuse un live aux influences multiples, allant de l’électro, du hip-hop au funk, à la soul et au jazz.

 

  • Spanked, 18h30 : espace Vladkistan.

 

Un duo rock, entre grunge lourd et pop noise, aux riffs simples et inspirés, en écoute ici.

 

 

  • Flamingods, 19h15 : scène Etincelle.

 

Un univers musical aux contours flous, décrit comme une pop ethnique et psychédélique composée de noise, de folk et de tribal.

 

 

  • Naive new Beaters, 20h15 : scène Citadelle.

 

Une déferlante de tubes dans un nouvel album aussi dansant qu’addictif, pour déchainer les foules.

 

 

 

  • Oblique, 20h45 : scène la Friche.

 

La balade sinueuse d’une musique empreinte de jazz, de soul, de rock progressif et de hip-hop offbeat.

 

 

 

  • Puppetmastaz, 21h15 : scène Etincelle.

 

Une formation hip-hop freak et mutante, ce groupe à géométrie variable composé d’au moins 30 membres est représenté sur scène par des marionnettes psychédéliques.

 

 

  • Vague Scare, 21h15, espace Vladkistan.

 

Duo synthétique qui s’inspire des sonorités les plus sombres des 80’s.

 

 

  • Sorg & Napoleon Maddox, 21h50 : scène la Friche.

 

Le beatmaker bisontin Sorg et le rappeur engagé américain Napoleon Maddox présentent un concentré de beats hip-hop qui frappent, zébrés de samples jazz&soul et de textures de synthé, apportant une touche d’électro.

 

 

 

  • La Femme, 22h05 : scène Citadelle.

Electro-pop mutante sous acides, bercée entre les synthés acidulés et la voix suave de la chanteuse Clémence, qui garde cet esprit de petite fille, pour proposer le grand voyage d’un groupe passionnant, à la recherche du bonheur absolu.

 

 

  • Zerolex, 22h55 : scène la Friche.

 

Le bisontin de 22 ans expose du floating, aux sonorités clairement hip-hop, saupoudrées de synthé jazzy.

 

 

  • Night Beats, 23h05 : scène Etincelle.

 

Les américains nous présentent un live bestial et hypnotique, dans une ambiance rock psychédélique et garage, tendance Lo-Fi (méthodes d’enregistrement primitives pour produire un son « sale », volontairement opposé aux sonorités jugées aseptisées de certaines musiques populaires, antonyme de Hi-Fi).

 

 

  • Frêle, 23h05 : espace Vladkistan.

 

Une techno lourde, hypnotique et acide, sans concession, brute et taillée pour un dancefloor insomniaque.

 

 

 

  • The Shoes, 23h55 : scène Citadelle.

 

Un condensé de Coldwave, trance uk des années 90, new wave et même edm (Electrical Discharge Machining : variété de genres de musique électronique entièrement composés pour danser et principalement joués dans des nightclubs, raves, et festivals), pour créer un magistrale puzzle futuriste électro-pop.

 

 

  • Rival Consoles, 00h00 : la Friche.

 

Le producteur londonien nous propulse dans les confins de la galaxie, entre mélodies électroniques insouciantes et phases rythmiques soignées.

 

 

  • Yak, 00h55 : scène Etincelle.

 

Ces adeptes du rock aussi lancinant que bruitiste réveillent le style qu’on croyait endormi !

 

 

  • Superpoze dj set, 1h05 : scène la Friche.

 

Une electro un brin remuante en live, qui nous promène entre saturne et jupiter, sur de bonnes tracks acidulées.

 

 

  • French 79, 2h30 : la Friche.

 

Nul frein ne vient troubler la productivité de ce placide trentenaire.

 

 

Plus d’infos et préventes, sur le site de la Rodia, le site du festival et la page Facebook, avec des jeux concours et toutes les infos des befores, ainsi que le plan des parking de la ville, pour rejoindre le festival à pied.

 

 

Crédits photos : © La Rodia

 

Laissez un commentaire

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.